AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Londres, 19ème siècle. Une ville mystérieuse qui abrite non seulement des humains excentriques, mais aussi de mystérieuses créatures portant le nom d'Amamnesis. Quel camp choisirez-vous ?
 

Partagez | 
 

 Mademoiselle, il s'agissait bien d'Anamnesis [Alis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Joueuse ϟ Nous sommes le peuple


MESSAGES : 53
DATE D'ARRIVÉE À LONDRES : 31/10/2012
MessageSujet: Mademoiselle, il s'agissait bien d'Anamnesis [Alis]   Sam 5 Jan - 17:09

La religion avait pris une place importante dans la vie de Mary-Kate Winburne. Ses parents l'avaient initiée depuis sa plus petite enfance à la tenue qu'une jeune fille de bonne famille se devait d'avoir, ainsi qu'à la religion qu'elle devait entretenir. C'est pour cette raison que, régulièrement, Mary-Kate se rendait dans une église pour prier. Et quand elle ne pouvait malheureusement pas y aller, elle s'efforçait de le faire à l'endroit même où elle se trouvait lorsque l'envie lui prenait de remercier Le Seigneur. Aujourd'hui était mercredi et il se trouvait que toute la famille, Elizabeth comme les parents, étaient occupés et qu'aucun d'eux n'avait sollicitée l'aide de Mary-Kate. Celle-ci, ennuyée de n'avoir rien à faire, s'était donc décidée à aller prier. Sortir ne lui ferait pas de mal, elle avait donc aussi décidé qu'elle irait à l'église. Elle ne craignait pas personnellement les Anamnesis mais s'assura comme elle put que le cortège qui l’emmènerait était sécurisé. Malheureusement, éviter la panique aux chevaux était une chose bien difficile à mener et ces derniers, qui faisait avancer la voiture, prirent peur pour seul Dieu savait quoi. Au-dehors, on entendait le conducteur leur parler, tenter de les apaiser. Sans grand succès. Il eut même du mal à les arrêter, tant les animaux étaient excités, terrés dans leur envie de s'enfuir bien loin d'ici. Même arrêtés au milieu de la route déserte, les chevaux continuaient de frapper le sol de leurs sabots, secouant leur crinière.
Mary-Kate releva la tête et regarda la rue sombre de ce mercredi, dont l'air était plein de brume. Londres s'était bien noirci depuis l'arrivée des Anamnesis. Frissonnant à l'idée que quelques-unes de ces créatures du Diable puisse être proche, elle ouvrit la portière et cria au conducteur.

- Ne nous attardons pas, je vous prie !

L'homme hocha la tête et, d'un coup de rênes, fit repartir les chevaux. Le carrosse s'ébranla et Mary-Kate vacilla. Elle referma aussitôt la porte, peu rassurée. Et notre demoiselle avait raison de l'être. Un instant plutôt, un poids dite mort tomba sur le toit. Mort ? Pas assez pour vouloir les hommes de ce carrosse.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Joueuse ϟ Nous sommes étranges


NATIONALITE : Anglaise
MAISON : Lawliet ?
MESSAGES : 18
DATE D'ARRIVÉE À LONDRES : 04/11/2012
MessageSujet: Re: Mademoiselle, il s'agissait bien d'Anamnesis [Alis]   Mer 16 Jan - 21:25

Alis marchait. Elle écoutait le silence, à peine troublé par le léger froissement de ses habits et le bruit de ses pas sur les pavés. L'horloge de l'église indiquait qu'il était onze heures passées de quarante minutes. Alis s'était levée tôt, et elle commençait déjà à avoir faim. Elle n'avait pourtant pas envie de rentrer, et comptait profiter de ce moment de calme. Bien qu'elle n'ait jamais vraiment cru en Dieu (si son éducation avait été sommaire, son éducation religieuse l'avait été bien plus encore) et qu'elle entrait dans une église tous les trente-six du mois (elle se fichait bien d'être mal vue), elle aimait cet endroit pour sa beauté et sa sérénité. Elle alla s'asseoir, comme souvent, sur un banc près du muret qui bordait l'église, au-dessus duquel s'étendaient les branches d'un arbre, dont le vent faisait bruisser les feuilles. Elle ferma les yeux et imagina que le soleil brillait, chatouillant son visage de ses rayons. C'était peut-être ce qui lui manquait le plus. Elle se revoyait enfant, lorsqu'elle avait pour activité préférée de grimper dans les arbres, ce qui mettait sa mère dans tous ses états - augmentant ainsi le plaisir de la fillette espiègle qu'elle était alors.
Elle ouvrit soudain les yeux, alertée par un bruit qui annonçait le passage d'une voiture. Bien qu'ils soient rares, ce n'était pas cela qui l'avait inquiétée, mais le piaffement des chevaux, que le conducteur avait apparemment du mal à calmer.
Les sens aux aguets, elle tâta l'épée sous sa robe simple qui recouvrait des bottes de chasse. Si les chevaux étaient toujours un peu nerveux depuis l'arrivée des Anamnésis, il fallait que l'un d'eux soit proche pour qu'ils soient aussi agités.
Alors que la voiture arrivait à sa hauteur, Alis eu juste le temps d’apercevoir une ombre avant qu'un jeune homme aux yeux vides et au rictus avide n’atterrisse avec une agilité surhumaine sur le toit du véhicule.
La Chasseuse se leva vivement et s'approcha de la voiture, menaçante. Les chevaux, en voyant sa lame, ruèrent de plus belle. D'un rapide coup d'épée, Alis trancha les liens de cuir qui les attachaient à la voiture, arrachant un cri de surprise et d'indignation au conducteur. Il la regarda, terrifié, ne sachant si il avait à faire à un ami ou à un ennemi.
Alis, qui n'avait aucunement l'intention de le rassurer, s'adressa à l'Anamnésis avec un sourire ironique qui tranchait avec son regard glacial et sa voix tranchante :

- Descend de là, sale bête ! Essaie-donc d'aspirer mon âme ! Ne te fait-elle pas envie ?

Elle ne put s'empêcher de détourner les yeux quelques secondes de son adversaire pour tenter de voir qui étaient le ou les passagers de la voiture. Entre les rideaux, elle crut distinguer la chevelure d'une femme et un visage assez jeune. Elle reporta cependant bien vite son attention sur l'Anamnésis, qui la fixait d'un regard plein de haine.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Nous n’avons qu’une liberté : la liberté de nous battre pour conquérir la liberté... » Henri Jeanson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Mademoiselle, il s'agissait bien d'Anamnesis [Alis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Benedict † Il s'agissait bien d'un enfant, un enfant imaginaire.
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ ANAMNESIS  :: Londres :: Lieux publics :: Églises-